Le blog sur l'actualité de la vente et des commerciaux

Le blog MyBeautifulJob

Gégé a dit que les français étaient tristes. Pas les commerciaux !

Gérard Depardieu a raison, les Français sont tristes, râlent et n’ont pas la pêche.

Mais regardons du côté des commerciaux qui sont finalement bien placés pour constituer un baromètre sérieux de la joie au travail en France, tant les milieux sociaux sont brassés dans cette fonction. Pour en avoir le cœur net, nous avons interrogé l’année dernière quelques centaines de cadres commerciaux principalement en BtoB, de tous âges, de tous secteurs, de toutes rémunérations.

Bonne nouvelle, 75% des commerciaux déclarent être enthousiastes au travail.

A la question ‘Avez-vous le sentiment de travailler beaucoup ? ‘ À priori oui, 75% se déclarent très investis dans leur job. Et dans le même temps, moins de 15% s’estiment trop stressés dans leur travail, 66% ne considèrent même clairement ne pas l’être. Ouf … ils ne sont pas tristes.

Alors profitons de la bonne humeur de nos commerciaux et entretenons là avec un management qui soit le plus moderne possible, et qui véhicule de l’enthousiasme. C’est difficile quand les contextes se tendent mais c’est de notre responsabilité, patrons et managers d’entreprise, d’entretenir la flamme et la bonne humeur dans les équipes. Avoir un bon mental est une compétence nécessaire quand on est commercial, et ceux qui ne sont pas un minimum joyeux n’ont pas beaucoup d’avenir dans la profession.

Pourtant, on nous abreuve d’articles et de reportage sur le stress au travail ce qui nous amène assez naturellement à voir ce qui ne va pas plutôt qu’à se féliciter de son sort. Cette actualité anxiogène est l’une des préférés du 20h quand il s’agit de parler de l’entreprise en général et des cadres en particulier. Je n’ai JAMAIS vu au 20h un reportage sur une entreprise française où les gens sourient, ont la pêche, et sont heureux d’aller au travail. L’idée selon laquelle les cadres français sont victimes et malheureux au travail est largement reprise par toutes les organisations syndicales. En tête de liste, on retrouve l’argument curieux de la surcharge de travail, qui fait quand même sourire, le modèle social à la Française me semblant plutôt plus favorable au jardinage qu’aux heures supplémentaires.

Alors bien sûr, à force d’avoir des médias qui font pleurer non stop dans les chaumières en cristallisant sur les cas sociaux les plus terribles, il est normal que les français perdent leur bonne humeur et deviennent anxieux. Peur du lendemain, peur des crises, peur de l’employeur, même la neige fait peur maintenant et est sujet à enquêtes de responsabilité …

On oublie de montrer la très grande majorité des foyers français qui sont juste en mode « positive thinking », et qui profitent de la vie. Ils ont des difficultés comme tout le monde mais ils sont convaincus que les problèmes ont leur solutions, sous réserve de les affronter à temps et de se donner les moyens de les régler. Ils sont autonomes et responsables de leur destin.

Dans ce sens, la vente est une école de la vie. Apprendre à se débrouiller seul, à affronter les conséquences de ses actes (ou de ses insuffisances), mesurer ses résultats et en être immédiatement et directement responsable, être reconnu quand on est bon et mis en risque quand on ne l’est pas, bref ne compter que sur soi et maitriser de A à Z son avenir.

Ces règles-là, les commerciaux les connaissent et vivent très bien avec. Parce que les choses sont claires, c’est probablement cette autonomie et ce gout du challenge suffisamment bien entretenu au fil des années qui leur donne la niaque indispensable à la réussite.

Je prône la vente comme nouvelle thérapie du bonheur !