Le blog sur l'actualité de la vente et des commerciaux

Le blog MyBeautifulJob

Tapie doit-il être un modèle pour la nouvelle génération de commerciaux ?

Au cours de nos rencontres avec les patrons, nous abordons souvent le sujet du manque crucial de véritable formation vente dans notre système scolaire.

Cependant Bernard Tapie, le plus célèbre des vendeurs de télévision de France a lui cru à la vente. Ce serial entrepreneur, repreneur d’entreprise monté de toutes pièces des écoles de la vente éponyme. Fonctionnant sur ses fonds propres, elles ont été créées en 1986 et fermées en 1994, suite à ses soucis financiers. Elles ont eu le temps de former environ 3 000 personnes.

Figure de la génération X, « Nanar » doit-il inspirer les jeunes talents ?

Nous pourrions être tentés dans un premier temps de répondre oui. Pour deux raisons : il faut reconnaître que cet homme est un modèle de combativité et d’endurance. Dans les éditos RH et de management, on parle de résilience, la capacité à faire face et à gagner même quand les climats sont défavorables. Parti de rien (parents ouvriers), il accède au top de tous les schémas sociaux de la réussite. Leader politique, patron de club de foot, serial entrepreneur, comédien et star du petit écran, il réalise en un quart de vie tous les rêves d’ascension sociale que l’on puisse imaginer. Et en quelques années, il perd aussi tout et finit à terre, en prison. Il en sort, rebondit, et obtient 400 millions d’euros. Cet homme a une incroyable confiance en lui, n’hésitant pas à répondre à Claire Chazal dans une très récente interview: « En temps normal, je ne redoute rien, et ce soir encore moins que d’habitude » quand elle l’interroge sur l’éventualité du remboursement des sommes obtenues suite à l’arbitrage dans l’affaire du crédit lyonnais. Cette confiance, cette combativité et cette endurance sont des qualités importantes pour les commerciaux, qu’ils rêvent tous d’avoir, et qui leur manque tant pour la plupart !

Mais prenons un peu de hauteur. Bernard Tapie nous ramène aux méthodes « old school » des commerciaux où le client avait très peu ou pas de moyens pour se renseigner et où le bon vendeur était un bon camelot, un brin manipulateur, en tous cas peu scrupuleux et n’ayant peur de rien. De plus, sa mauvaise image ne participe pas à redorer le blason de l’entrepreneur auprès du grand public. Il a connu des fortunes diverses dans la reprise d’entreprises, n’ayant franchement réussi à redresser convenablement qu’une seule entreprise, LOOK (cyclisme). Le traitement médiatique de son affaire ne joue pas en sa faveur. En France, où la réussite est toujours suspicieuse malheureusement, son retour en disgrâce n’arrange pas le mauvais rapport que les français entretiennent avec l’argent, la finance et le pouvoir.

Nous pouvons espérer que les français auront du discernement et sauront reconnaître et saluer d’une manière ou d’une autre l’esprit d’entreprise et l’ambition de Tapie, valeurs si peu valorisées et stimulées en France. Cet homme d’affaires a toujours œuvré pour que la vente soit un moyen pour chacun de s’élever socialement. Son école était réservée aux chômeurs et à aux jeunes avec de faibles revenus. Il dit toujours en être très fier aujourd’hui.

Sur le plateau du 20h de France 2, suite à l’étalement de sa richesse au grand public, il a invité les plus jeunes à devenir aussi riche que lui, à avoir faim. Fait très rare en France où actuellement on conseille aux jeunes de « se barrer » ! Discours qui paraît décalé aujourd’hui. Mais dans le même temps, on n’a jamais vu autant de jeunes quitter le pays !

Ads
Agitateur Commercial - Jeune Dip ESC (H/F)
Ile de France Nord
Conseil RH

Partagez cet article

A lire aussi sur notre blog