Le blog sur l'actualité de la vente et des commerciaux

Le blog MyBeautifulJob

Etude Uptoo 2017 : La hausse sensible des salaires des commerciaux se confirme

Etude Uptoo 2017

Pour la sixième année consécutive, l’étude d’Uptoo dévoile les tendances de rémunération des différents profils de commerciaux et managers commerciaux en France, selon leur formation, leur expérience, leur secteur d’activité, leur localisation, etc.

L’étude a été réalisée en 2016, à partir d’informations fournies par plus de 50 000 commerciaux BtoB sur le portail MyBeautifulJob. Cette étude, très révélatrice, a soulevé de belles surprises et enfin tué le mythe du commercial à l’argent facile.

 

Le mythe du commercial à l’argent facile vole en éclats

Avec une rémunération moyenne de 50,3 k€ contre 49,1 k€ par an en 2015, le salaire des commerciaux augmente de 2,4%, passant tout juste la barre du salaire moyen du cadre français. Cette hausse est surtout portée par l’augmentation des fixes qui atteignent +2,8% par rapport en 2015, le nerf de la guerre des négociations salariales. Finis les grands jours d’optimisme où les commerciaux miroitaient des variables mirobolants, ils se battent désormais pour des fixes qui leur assurent une certaine stabilité.

 

L’écart Paris / Province se réduit enfin

La localisation géographique joue toujours un choix déterminant dans les rémunérations. Alors que l’écart entre Paris et la Province se réduit cette année, il culmine tout de même à 8% – contre 13% en 2015. Cette réduction s’explique par une hausse significative de 7% des rémunération des métiers de la vente en Province.

Une nouvelles fois, les coeurs économiques français que sont les régions Rhônes-Alpes (48,8k€/an), PACA (48,3k€/an) et Pays de la Loire (47,1k€/an) affichent des salaires qui talonnent ceux de l’Île-de-France.

 

Du junior au senior, tous y gagnent

L’autre critère qui a retenu notre attention est l’ancienneté. En 2016, la hausse des rémunérations est présente pour toutes les tranches d’années d’expériences. Une première depuis bien longtemps !

En 2016, les jeunes qui arrivent sur le marché gagnent en moyenne 37,7 k€ par an, soit une augmentation de 3,9%. Quant aux commerciaux qui ont plus de 20 ans d’expérience, ils atteignent 63,5 k€ de package, une hausse de 2,8% par rapport à l’année précédente. On constate que d’un côté les entreprises sont prêtes à mettre le prix sur les bons profils juniors, notamment ceux d’école de commerce ou d’ingénieur à potentiel évolutif. De l’autre, elles gardent précieusement leurs commerciaux seniors qui sont une mine d’or pour former la nouvelle génération.

 

La guerre des salaires fait rage dans l’informatique et l’industrie

Sans surprise, le secteur IT est toujours à la première place du podium avec un gain record sur l’année 2016. Dans les secteurs où la concurrence sur les bons profils techniques est féroce, comme le Big Data et l’IA, les rémunérations s’envolent jusqu’à +30%. Cet écart se creuse encore, puisque les chiffres montrent une augmentation de 3,5 à 4,1% par rapport en 2015.

La seconde place revient aux secteurs de l’Industrie qui enregistre une hausse de 2,9% par rapport à 2015, culminant à 53,1k€/an. Le secteur de la distribution, bien qu’affichant des rémunérations parmis les plus basses du marché, bénéficie d’une belle embellie de +3,1%, suivi par le secteur des services (+2,1%), avec des tendances plus flagrantes dans les services Financiers/Banques/Assurances avec 3,5% et le conseil avec 2,5%.

 

Les formations se payent

Les détenteurs de diplôme d’école d’ingénieurs et de commerce tirent cette année les rémunérations vers le haut, atteignant respectivement 30% et 15% de plus que la moyenne française. Les écarts se creusent notamment plus l’expérience augmente et les responsabilités s’accumulent.

Pour les commerciaux ayant un parcours autodidacte ou Master 1, leur salaire moyen est de 47 k€ par an et progresse de 9% en moyenne tous les 5 ans contre 17% pour ceux issus d’un bac+5.

Les langues représentent aussi un atout majeur : les commerciaux bilingues en anglais peuvent obtenir 25% de plus que les autres. Ce phénomène s’accentue avec l’expérience, 10% de plus pour les juniors bilingues face à 64% pour les seniors bilingues.
Pour plus d’informations, vous pouvez utiliser notre simulateur de salaire ou téléchargez l’étude ici.